img
Sélectionner une page

Comment préserver ou développer les liens intergénérationnels ?

Août 17, 2021 | Aider les aidants, Séniors | 0 commentaires

Les personnes âgées en perte d’autonomie vont peu à peu avoir tendance à réduire leurs interactions avec les personnes extérieures au cercle proche et, en particulier, avec les plus jeunes. Une perte de relations qui peut favoriser l’isolement, la vulnérabilité sociale. Toutefois, des solutions existent pour favoriser les liens intergénérationnels et ainsi renforcer le sentiment d’inclusion dans la société.

Isolement, diminution de l’estime de soi, dépression… la perte de liens sociaux n’est pas anodine, en particulier chez les personnes âgées pour lesquelles la perte d’autonomie peut déjà être difficile à vivre.

 

Favorisant le contact et la transmission, les échanges intergénérationnels sont autant de leviers de développement du lien social.

 

Ce lien intergénérationnel est précieux car il encourage des interactions stimulantes, et donc permet de retarder un déclin cognitif.

La rencontre avec les plus jeunes peut aussi s’avérer enrichissante, favoriser l’inclusion dans la société, et ainsi permettre par exemple une meilleure maitrise des nouvelles technologies.

Selon l’Insee, plus des deux tiers des 75 ans ou plus n’ont pas les compétences nécessaires pour l’utilisation des ressources numériques courantes (internet, traitement de texte…).

Favoriser les liens intergénérationnels

 

Si ce lien avec les jeunes générations ne se fait pas naturellement dans le cadre du cercle familial ou amical, il peut aussi être recherché par d’autres moyens.

Il est possible, par le biais du réseau associatif, de retrouver le contact avec les jeunes générations, en participant par exemple à l’aide aux devoirs dans une école.

Autre solution : faire appel à des volontaires en Service Civique. En mars dernier, la ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie a annoncé le lancement de 10 000 missions de Service Civique afin d’accompagner les personnes âgées isolées et développer les liens intergénérationnels.

Ces missions confiées à des jeunes en Service Civique ont pour objectifs demaintenir un lien social, d’effectuer des animations collectives ou encored’apporter une aide régulière en s’occupant des courses, de la livraison desrepas ou des médicaments…

Pour rompre l’isolement, la cohabitation intergénérationnelle peut aussi constituer une solution bénéfique.

 

L’idée consiste à partager son logement, en louant une chambre à un étudiant, moyennant une contrepartie financière modeste et de petits services réguliers (accompagnement administratif ou informatique, tâches ménagères, préparation de repas…).

L’option cohabitation à l’avantage de permettre une présence la nuit rassurante pour l’entourage, mais aussi d’apporter plus de convivialité au quotidien.

La cohabitation à l’avantage de permettre une présence la nuit rassurante pour l’aîné et son entourage, de bénéficier de menus services au quotidien, ainsi que d’un complément de retraite non imposable.

Des plateformes, à l’image de Homiz, soutenue par Klésia et la ville de Paris, permettent d’accueillir facilement un jeune de confiance à son domicile. Et pour ce qui est du contrat de cohabitation et autres démarches administratives, Homiz se charge de tout.

Pour en savoir plus, retrouvez toutes les informations directement sur le site Homiz ou par téléphone au 01 84 60 67 92.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *