img
Sélectionner une page

Comment repérer et agir face à la dénutrition ?

Déc 23, 2020 | Aider les aidants | 0 commentaires

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), il y aurait 2 millions de Français souffrant de dénutrition. Un fléau qui n’épargne pas les personnes âgées puisque 30 % des plus de 80 ans seraient dénutries. Une insuffisance en apports nutritionnels qui peut être lourde de conséquences si elle n’est pas repérée précocement.

Déficit immunitaire accentuant le risque d’infection nosocomiale, baisse de la masse musculaire augmentant le risque de chute, immunodépression, fragilité osseuse favorisant le développement de l’ostéoporose…

On estime que 40 % des personnes âgées seraient hospitalisées pour des conséquences de dénutrition.

 

Comment la repérer ?

 

Au-delà d’une perte brutale de poids (2 kilos en moins d’un mois), plusieurs autres signes peuvent représenter un danger de dénutrition chez la personne âgée accompagnée.

Il convient de surveiller chez elle les différents signes d’alerte :

  • des problèmes de déglutition
  • des troubles bucco-dentaires (sécheresse de la bouche, mauvais état de la dentition, difficultés à mastiquer…)
  • une perte d’autonomie physique ou psychique
  • constipation
  • un taux d’albumine dans le sang anormal 
  • un état dépressif
  • une prise importante de médicament (plus de 3 par jour)
  • une dépendance pour les actes de la vie quotidienne
  • les régimes restrictifs
  • une maladie aiguë sévère
  • des difficultés financières

Un seul de ces facteurs peut suffire à entraîner une dénutrition et nécessite d’être indiqué au médecin.

Comment s’en prémunir ?

 

Afin de se prémunir des risques il convient de surveiller régulièrement le poids, l’alimentation, l’hydratation et le niveau d’activité, physique et intellectuelle, chez le proche accompagné.

Ces quatre points constituent aussi des leviers sur lesquels on peut agir.

En cas d’alerte ou par anticipation vous pouvez :

  • être attentif à son appétit
  • inciter votre proche à boire au moins 1 litre par jour
  • enrichir les repas en y ajoutant des protéines
  • veiller à ce que le régime prescrit par le médecin soit respecté
  • l’encourager à l’exercice physique, en allant faire les courses ensemble, le ménage ou pour une simple balade
  • l’aider à entretenir ses liens sociaux
  • faire des activités ludiques stimulantes (lecture, mots croisés…) 

Si cependant vous notez une perte de poids, il convient d’obtenir un avis médical et de penser à évoquer tout changement récent dans le comportement, l’environnement ou l’état de santé de votre proche.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *