img
Sélectionner une page

Que vous vous attendiez ou non à devoir un jour prendre soin d’un proche en situation de dépendance, pas facile de tout anticiper, ni même de savoir par où commencer ! Si devenir aidant bouleverse votre vie quotidienne à bien des égards, il est tout à fait possible d’envisager les choses avec sérénité et d’avancer à votre rythme, étape par étape : démarches administratives, structures spécialisées, groupes de paroles, formations… Voici plusieurs conseils simples et pratiques pour bien démarrer.

Le premier conseil que l’on pourrait donner à tout nouvel aidant est simple : faites-vous confiance !

Conseil n°1 : Anticipez les éventuels imprévus

Dans certains cas, la perte d’autonomie d’un proche peut être anticipée. Il peut alors être intéressant de préparer le terrain, notamment d’un point de vue financier. Au-delà d’une épargne classique, de plus en plus d’assurances proposent des contrats qui incluent une option dépendance, ainsi que des mutuelles ayant développé des produits spécifiquement dédiés à la perte d’autonomie.

Conseil n°2 : Demandez les aides auxquelles vous avez droit

Dans un premier temps, adressez-vous à votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie afin d’être renseigné sur vos droits : en effet, elle seule vous donne accès à l’obtention de prestations extralégales — qui peuvent s’avérer précieuses si vous devez faire face à une période difficile. Faites également appel à l’assistante sociale de votre commune pour vous assister dans vos démarches administratives.

Conseil n°3 : Adressez-vous aux bonnes structures

Si votre proche dépendant est âgé de moins de 60 ans, c’est à la Maison Départementale des Personnes Handicapées qu’il conviendra de faire appel afin de vous informer et de vous accompagner. Si votre proche a en revanche plus de 60 ans, trois structures peuvent vous aider à organiser un maintien à domicile : Le CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique), le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) ou les MAIA (Méthode d’Action Intégration Autonomie).

Conseil n°4 : Suivez une formation

Devenir aidant n’a rien d’instinctif. Afin de vous préparer au mieux à ce changement de vie, une formation peut vous être utile, en ligne ou en vous renseignant auprès du CIF-Aidants.

Conseil n°5 : Luttez contre l’isolement, et apprenez à lâcher prise

80 % des aidants familiaux assument un rôle pour lequel ils ne sont pas préparés1. Au-delà d’un soutien médical et administratif, il est fondamental de chercher écoute et réconfort auprès d’associations telles que les Cafés des Aidants, très actifs et implantés dans toute la France.

De prime abord, l’avalanche de responsabilités et de démarches à effectuer peut sembler impressionnante, mais avec un peu d’organisation et de sang-froid, tout devrait bien se passer !